il y a 3 mois

Madagascar : Des élèves gastronomes préparent la recette de l’avenir

Par Gabon Matin
Publié le : 3 mars 2024 à 10h34min | MàJ : il y a 3 mois
Madagascar : Des élèves gastronomes préparent la recette de l’avenir

Madagascar : Des élèves gastronomes préparent la recette de l’avenir Photo : Droits réservés/GabomaInfo

Des élèves du sud de Madagascar apprennent à cuisiner des repas nutritifs qui pourraient contribuer au développement à long terme des communautés vulnérables.

À l’école primaire Beabo d’Ambovombe, dans le sud de Madagascar, des équipes d’élèves sont en compétition pour préparer le repas le plus savoureux et le plus nutritif à l’aide de produits disponibles localement, ce qui, espérons-le, encouragera leurs parents et d’autres personnes à adopter un régime alimentaire plus sain.

Marie-Eliane, 15 ans, est l’une des six jeunes chefs qui ont préparé un impressionnant repas de trois plats aux saveurs variées.

En entrée, une papaye verte pochée accompagnée d’œufs biologiques bouillis et de cresson dans une vinaigrette à l’orange et aux fruits de la passion. Le plat principal est un ragoût de manioc et de poisson agrémenté de feuilles de moringa et d’anamalaho, riches en nutriments, et le dessert est une salade de fruits composée de figues de Barbarie, de pastèques, de jus d’orange et de bananes.

Son équipe se mesurera à six autres pour être désignée comme la meilleure dans le cadre d’un concours culinaire connu sous le nom de Tsikonina, un type de jeu de thé malgache destiné aux enfants.

« J’ai pris beaucoup de plaisir à imaginer de nouvelles recettes, surtout lorsqu’elles sont si bonnes », a-t-elle déclaré. «  J’espère convaincre mes parents de manger ce type de nourriture ».

L’idée de Tsikonina, ou « l’art de faire comme maman », a été créée par les Nations Unies à Madagascar. Il s’agit d’éduquer les jeunes à la préparation d’aliments nutritifs et de leur fournir, ainsi qu’à leurs familles, les connaissances nécessaires pour manger sainement tout en respectant un budget serré et en utilisant des produits locaux facilement disponibles sur le marché.

« Tous les élèves ont préparé des plats très imaginatifs et délicieux », a déclaré Emma Razanaparany, Directrice de l’école. « En tant que jeunes, ils sont en mesure d’influencer leurs parents et de changer le mode d’alimentation des générations futures ».

Sécheresse et malnutrition

Le sud de Madagascar abrite certaines des communautés les plus pauvres du pays, dans une région qui subit les effets destructeurs du changement climatique, notamment des sécheresses récurrentes.

Alors que leurs familles luttent pour produire suffisamment d’aliments nutritifs, près d’un demi-million d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë, selon la classification de la phase intégrée de la sécurité alimentaire (IPC).

Les agences des Nations Unies et leurs partenaires ont réagi en apportant une aide humanitaire, mais ils cherchent aussi, au-delà du cycle des crises immédiates, à assurer le développement durable des communautés à plus long terme.

Les concours tels que Tsikonina ne sont qu’une petite partie de cet effort qui rassemble plusieurs agences des Nations Unies dans ce que les Nations unies appellent des zones de convergence afin de développer et de mettre en œuvre des activités.

Ces activités s’appuient sur l’expertise de chaque agence pour examiner les vulnérabilités sous-jacentes auxquelles sont confrontées les communautés et la meilleure façon d’y remédier.

L’école primaire de Beabo est un microcosme de cette approche collaborative. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ( FAO ) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont tous deux travaillé avec des coopératives agricoles locales dirigées par des femmes pour soutenir la production de denrées alimentaires utilisées par le Programme alimentaire mondial (PAM) dans le cadre de son initiative d’alimentation scolaire à base de produits locaux.

Fournir un repas nutritif aux enfants à l’école permet non seulement d’améliorer leur santé et de les encourager à rester à l’école, mais aussi de stimuler l’économie locale en fournissant un marché pour les produits des agriculteurs locaux.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ( UNICEF ) a contribué à l’aménagement de puits de jardin afin d’assurer un accès plus régulier à l’eau pour l’école, ainsi qu’à la construction d’un bloc sanitaire et à la formation des enseignants et des élèves sur les questions d’assainissement et de résilience au changement climatique. Il a également fourni des kits de lavage et des dossiers éducatifs pour les élèves.

« Le manque de pluie dans cette région entraîne de nombreux problèmes et aggrave les conditions de vie des habitants », a déclaré Melanie Zafindrakemba, spécialiste de la nutrition à l’UNICEF. « L’accès à l’eau potable contribue à une meilleure hygiène et est plus sûr pour cuisiner et boire, et aide les communautés à surmonter les crises humanitaires ».

En plus de fournir des repas chauds aux enfants vulnérables, le PAM a également formé les parents et les enseignants à la gestion du programme d’alimentation scolaire.

Parallèlement, l’Organisation internationale du travail ( OIT ) des Nations Unies a considérablement amélioré l’infrastructure physique de l’école en soutenant la construction de deux salles de classe, d’une cuisine scolaire et en fournissant des bureaux et des tables pour les enseignants et les élèves. Dans le cadre de ce processus, l’ OIT a formé et employé des travailleurs locaux pour mener à bien le projet de construction, ce qui a permis de stimuler davantage l’économie locale.

« La synergie créée par les agences des Nations Unies travaillant ensemble dans cette école a été puissante », a déclaré Fidèle Andrianantenaina, du PAM, basé à Ambovombe. « Il y a une convergence de problèmes dans cette région, notamment l’insécurité alimentaire, la pauvreté, le manque d’accès à la santé et aux services sociaux, et peu d’opportunités d’emploi, donc un projet comme celui-ci peut soutenir la stabilité et le développement à long terme », a-t-il ajouté.

Trouver la synergie ou la complémentarité entre les agences des Nations Unies est une première étape importante, dont les bénéfices sont évidents dans cette seule école soutenue par les Nations Unies. Il faut maintenant espérer que des fonds supplémentaires pourront être trouvés pour étendre cette approche non seulement à d’autres écoles de la région, mais aussi à d’autres communautés dans le besoin.